L’expression Viet Vo Dao

L’expression Viet Vo Dao peut se traduire ainsi:

  • VIET: signifie transcendant, supérieur (l’expression “SIEU-VIET” est souvent utilisée pour désigner la suprématie), c’est aussi l’abréviation du nom du pays VIÊTNAM et du peuple Vietnamien.

  • VO: veut dire, Art Martial.

  • DAO: se traduit par la Voie, réunissant tous les principes de vie et conduisant à la sagesse.

Le Viet Vo Dao n’est donc pas un art martial mais un terme générique signifiant “la Voie des Arts Martiaux Vietnamiens” et regroupant l’ensemble des Écoles Vietnamiennes.

Du point de vue de l’esprit, le Viet Vo Dao proclame l’équilibre entre l’homme et la nature, et le principe de fraternité entre les hommes. C’est un art de la vie, et non pas un art de la mort. Être fort pour être utile, pour vivre pleinement et honorablement et non pas pour détruire.

Du point de vue technique, le Viet Vo Dao trouve sa place parmi tous les arts martiaux. Si le Judo est la voie de la souplesse, l’Aïkido la voie de l’harmonie, du ki, le Karaté la voie de la main vide, le Viet Vo Dao représente l’harmonie entre la force et la souplesse.

Histoire du VIỆT VÕ ĐẠO

"Le Việt Võ Đạo est né au Vietnam.

Mais sa véritable patrie est le royaume sans frontières des hommes."

 

Citation de "Maître Phan Hoang"

Le Việt Võ Đạo se caractérise par le fait qu'il n'est pas l'invention d'un seul, mais l'œuvre de tout un peuple qui, au cours de son histoire, dut lutter pour survivre.

LE DÉBUT DU VIET VO DAO

Dater la naissance du Việt Võ Đạo serait difficile et prétentieux, terminologie la plus utilisée en France depuis le début des années soixante-dix, lors de la création de la première Fédération Française de Việt Võ Đạo, première vrai structure fédérale ayant reçu officiellement l’agrément ministériel de la jeunesse et des Sports.

Au Vietnam, il n’existe pas un seul Art Martial mais plusieurs Arts Martiaux Vietnamiens, car il n’est pas issu de la création d’un seul homme ou Maître, mais l’œuvre commune de tout un peuple qui a dû lutter tout au cours de son histoire pour préserver son identité, sa langue et son territoire.

Mais la plupart des personnes s’accordent à honorer l’Empereur "HUNG-VUONG 1er", le fondateur du VIETNAM, comme Fondateur des Arts Martiaux Vietnamiens. C’est, en effet, sous la dynastie des "HUNG-VUONG (2879 – 278 av J.C)" que s’est structuré ces Arts Militaires, en même temps que la philosophie et la médecine traditionnelle. Dans ce pays rectiligne en forme de « S », sa longueur est de 1650 km et d’une superficie de 331 212 km², bien plus petit que la France métropolitaine (551 500 km²), les styles de pratique diffèrent selon la situation géographique (Sud, Centre et Nord).

Maitre Nguyen Trung Hoa.jpg
Maître Nguyen Trung Hoa

On peut diviser son évolution selon les époques suivantes :

1 – Période de formation des techniques (2879 – 111 av J.C.)

Des dessins sur les parois de grottes dans le Nord du Vietnam ou sur des objets ainsi que des armes datant de cette époque prouvent que, outre les techniques de combat à mains nues, les vietnamiens connaissaient déjà l’art du

BÚA RÌU (la hache), du ĐOẢN ĐAO (sabre court), du GƯƠM (sabre), du THƯỜNG (sorte de lance),

du BỘ (bâton ), du tir à l’arc…

2 – Période de la formation des théories (111 av J.C – 906 après J.C.)

Cette époque est marquée par l’invasion chinoise. Pour mieux résister à l’ennemi, l’Art Martial en tant que moyen de défense va compléter l’art militaire et se développer sur trois plans : perfection des techniques, formation de stratégies et élaboration des théories.

Avec des personnages célèbres tels que "Trieu Quang Phuc", "Trung Vuong", "Ly Nam De", "Bo Cai Dai Vuong", etc… plusieurs théories ont pris naissance :

  • La théorie « DI DOAN THANG TRUONG » (Théorie de la supériorité des techniques rapprochées).

  • La théorie « DI NHUOC THANG CUONG » (Théorie de la souplesse contre la force).

  • La théorie « KY TAP CHIEN PHAP » (Principe des surprises).

  • La théorie « AO ANH BI PHAP » (Le secret des illusions).

  • La théorie « PHAN TAN BIEN PHAP » (Méthode des esquives sans résistance)

  • etc….

Ces théories servaient non seulement de principes directeurs pour l’art militaire mais donnaient, aussi et surtout, à l’Art Martial vietnamien des bases précieuses et nouvelles. L’origine de nombreuses techniques, que nous pratiquons aujourd’hui, remonte à cette époque.

3 – Période de développement (906 – 1009)

Pendant cette période d’indépendance nationale, l’Art Martial prend de l’emprise sur l’art militaire. Les rois "Ngo Quyen" et "Dinh Bo Linh" étaient à la fois de remarquables Maîtres d’Art Martial et théoriciens de guerre.

4 – Période de perfection et de popularisation (1010 – 1527)

Les techniques ont atteint à cette époque un très haut niveau. Sous l’influence du Bouddhisme, du Confucianisme et du Taoïsme, l’Art Martial acquiert une base philosophique de plus en plus riche.

Avec l’indépendance et la stabilité du pays, il devient un "ART DE LA VIE" visant à l’élévation de la valeur de l’Homme. Sous la dynastie des "LY (1010 – 1225)", tous les mandarins et fonctionnaires devaient pratiquer l’Art Martial. Les dames de la cour s’entraînaient, également, pour montrer l’exemple.

Sous la dynastie des "Tran (1225 – 1400)", ont été créés, en même temps que les "GIẢNG VÕ ĐƯỜNG" (Académies des Arts Martiaux), les grades de licencié en Arts Martiaux et Docteur des Arts Martiaux. Le célèbre "Tran Hung Dao", vainqueur des Mongols, a laissé des ouvrages très importants sur l’Art Martial vietnamien.

De 1414 à 1427, le Vietnam a subi la terrible domination des Chinois de la dynastie des "Ming". Pendant cette période de nombreux ouvrages de grande valeur ont été détruits, les Maîtres furent pourchassés ou assassinés. C’est ainsi que, plus que jamais, l’Art Martial vietnamien est devenu l’Art du peuple, le servant devant les agresseurs.

Maitre Tran Minh Long.jpg
Maître Tran Minh Long

5 – Période de division (1527 – 1807)

Cette période marque les divisions du pays et la lutte d’influence entre les Seigneurs. Ces antagonismes ont fait que l’Art Martial Việt Võ Đạo s’est divisé et cristallisé en différentes écoles, chaque école ne représentant qu’un certain aspect du Việt Võ Đạo.

Cependant, les véritables Maîtres, qui constituent le Corps des Sages, assurent la transmission des connaissances millénaires. Le plus représentatif de ces Maîtres pendant cette période confuse est certainement "La Son Phu Tu".

En effet, outre les connaissances en Art Martial et en Art Militaire, il possédait une prodigieuse connaissance des mathématiques et des sciences traditionnelles; l’Empereur "Quang Trung" le considérait comme son Maître.

6 – Période de décadence (1802 – 1945)

Cette période marque la dynastie des "Nguyen" et la colonisation française.

Au début du 19ème siècle, la puissance industrielle a fait perdre la confiance dans les valeurs humaines ; devant les armes modernes, l’Art Martial s’est révélé dépassé sur le plan de l’Art Militaire et cette hâtive constatation l’a conduit très vite à sa décadence.

Sous la colonisation française, de 1863 à 1945, l’Art Martial vietnamien fut frappé d’interdiction. Cependant, dans le secret et la clandestinité, l’entraînement continua dans un cadre très limité et avec des disciples sérieusement sélectionnés ; de ce fait, les élèves ne connaissaient que leur école. Les techniques étaient différentes d’une école à l’autre et parfois même déformées.

Maitre Pham Xuan Tong.jpg
Maître Pham Xuan Tong

7 – La Renaissance (à partir de 1938 …)

La renaissance de l’Art Martial vietnamien a commencé avec le Grand Maître "Nguyen Loc" qui a consacré toute sa vie pour faire jaillir des connaissances millénaires une nouvelle ère du Việt Võ Đạo.

LE MAÎTRE FONDATEUR du mouvement Việt Võ Đạo :

Le Maître "Nguyen Loc" naquit en 1912 à Hữu Bằng, province de "Sơn Tây" au Tonkin. Dès son jeune âge, il étudie la Philosophie et l’Art Martial vietnamien.

Plus tard, sur les conseils de son Maître, il partit voyager dans tout le pays pour bénéficier de l’enseignement des Maîtres les plus compétents. Au cours de ces voyages, difficiles à cette époque, Il a pris connaissance de nombreux documents anciens jusqu’alors dispersés et ignorés.

En 1938, après avoir mis à de très rudes épreuves ses connaissances et une longue réflexion et méditation, le Maître "Nguyen Loc" commença la codification et la structuration des techniques. Il forme, ensuite, ses disciples et créa le mouvement "Vovinam Việt Võ Đạo".

Il mit à la lumière les fondements philosophiques de l’Art Martial vietnamien et redonna au Việt Võ Đạo sa véritable vocation. En 1945, le Maître présente officiellement son mouvement et dispense son enseignement au grand public.

Depuis ce jour, le Việt Võ Đạo a pris de l’ampleur pour devenir un large mouvement d’éducation visant la formation de "l’HOMME VRAI ".